La place de l’entourage

On discutera un jour de la thérapie et du quotidien avec la maladie mais aujourd’hui j’ai décidé de vous parler plutôt de l’entourage. Je suis consciente d’avoir eu la chance d’avoir des proches qui m’ont aidé, entouré et accompagné. Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde.

Quand la maladie a commencé à réellement se manifester, vers la fin de l’année 2016, la chute a été violente. Et dans cette chute j’ai perdu des amis et des connaissances ; l’éloignement avec ma famille étaient un des éléments déclencheurs et pourtant j’évitais tout contact. J’ai commencé à détester les appels et le contact humain. La seule chose que je voulais c’était être seule. En apprenant à vivre avec la maladie j’ai réappris comment appeler moi-même ma famille, demander des nouvelles de mes amies, proposer des sorties, etc.

Les personnes avec qui je suis toujours proche en 2020 sont tous d’un grand soutien que ce soit mes amis ou ma famille. Du côté familial c’est vrai que tous les facteurs et symptômes ne sont pas intégrés, ce qui peut parfois m’irriter, mais ils sont présents. Je ne me suis jamais senti juger ou condamner parce que je suis malade. Au contraire, ma mère se renseigne et me demande régulièrement comment je me sens, mon père n’a jamais émis d’objection au fait que je suive un traitement et que je vois une psychiatre. Ils ont toujours essayé de comprendre et de me rassurer. Mes parents sont une grâce et d’une grande aide au quotidien.

Et c’est ça en tant qu’entourage que vous devriez être pour n’importe quel proche qui souffre de dépression ou d’un autre trouble mental. On me demande souvent « qu’est-ce que je peux faire pour une amie qui n’est pas bien en ce moment ? ». Concrètement ? À part être présent vous ne pouvez rien faire de plus. Écoutez la personne et ses besoins, ne condamnez pas, ne jugez pas, donnez des conseils si elle vous en demande. S’il s’agit d’une personne avec des tendances suicidaires évitez les paroles culpabilisantes ! Ne soyez pas un poids de plus. Et pour les concernés, entourez-vous des bonnes personnes, ayez un entourage qui vous tire vers le haut, qui vous redonne le sourire, qui vous aime même s’ils ne comprennent pas. Les personnes que j’ai perdu il y’a 3-4 ans je ne les regrette pas. N’hésitez pas à laisser certains de côté si ça ne vous aide pas. L’entourage ne soigne pas, mais il joue un rôle important pour notre santé mentale.

N.B.: Évidemment je parle pour ceux qui ont la possibilité de bien s’entourer. Courage à ceux pour qui le poids de plus est justement l’entourage le plus proche: la famille. Je prie pour qu’ils finissent par vous écouter et vous soutenir. Keep going, I see you

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :